Mademoiselle Julie

Catégories : Théâtre

I De August Strindberg I Julie Brochen
Avec Anna Mouglalis I Xavier Legrand I

MARDI 19 NOVEMBRE A 20h30

« Moi qui règne, je suis plus soumis à mon peuple qu’aucun de mes sujets ne l’est à moi ». (Citadelle, Antoine de Saint-Exupéry)

Il est question dans cette pièce de domination et de soumission.
Mademoiselle Julie est la patronne, Jean est valet et Kristin sa cuisinière.
La maîtresse a des goûts simples, elle se sent près du peuple alors que son serviteur, lui, est ce qu’on peut appeler un snob. Il refuse en fait son statut et se donne des airs de maître. On songe, un instant, au remarquable film de Joseph Losey : The servant.
Y a-t-il des accointances entre ces deux-là ? S’estiment-ils, s’aiment-ils ?
La nuit de la Saint-Jean où l’action se déroule n’est-elle pas propice aux amours comme aux haines.
Nous nous trouvons peu à peu embarqués dans cette lutte de classe, cette lutte sauvage et raffinée où chacun joue sa survie. L’occasion nous est offerte d’admirer des acteurs extraordinaires pour lesquels la pièce semble avoir été écrite.
Anna Mouglalis, sorte de sirène mythologique nous charme de sa voix grave et de son jeu machiavélique. Pour elle nous nous jetterions sur les premiers écueils venus. Xavier Legrand lui donne de cinglantes répliques et s’impose avec brio. Julie Brochen, enfin, témoin actif, se fraie un passage entre les deux monstres qui s’affrontent, efficace et sensée.
Il existe, en fait, un quatrième personnage secret et c’est la mise en scène, essentielle et d’une grande intelligence. Cette représentation d’une qualité exceptionnelle est la promesse d’une soirée mémorable.
Strinberg n’a jamais été aussi bien servi que par ces comédiens inspirés. Nous non plus.

 

Texte August Strindberg I Traduction Terje Sinding I Mise en scène Julie Brochen I Avec Anna Mouglalis, Xavier Legrand, Julie Brochen I Scénographie et costumes Lorenzo Albani I Lumières Louise Gibaud I Son Fabrice Naud

Production
Théâtre de l’Atelier I Coproduction Les Compagnons de Jeu

Photographie Franck Beloncle

Tarif Bonbon

 

­