Requiem pour L

Catégories : Musique, Danse

I Fabrizio Cassol I Alain Platel I Les Ballets C de la B I

VENDREDI 8 NOVEMBRE A 20h30

« La musique de Mozart est éternelle ; rien d’étonnant au fait que son Requiem ne connaisse pas de fin ». (Claude Tabet)

Voici l’un des moments les plus forts de la saison. Voici une soirée prestigieuse qui restera dans nos mémoires. Le Requiem de Mozart. Autrement.
Partant de l’oeuvre inachevée connue de tous, compositeur, chorégraphe et interprètes la décomposent pour mieux la reconstruire, la conclure.
Ils y mettent toutes leurs influences musicales, du jazz, de la musique populaire, de l’opéra. Un Requiem parle de la mort mais cette mort, en Afrique, se fête en musique et en danses, sans larme.
Elle célèbre la vie victorieuse du néant. Fabrizio Cassol, sans jamais perdre de vue l’oeuvre initiale, compose une partition qui suit Mozart et relie sa musique à de sublimes chants tribaux, à ces voix africaines acidulées et envoûtantes, à des rythmes effrénés bien éloignés de ce que l’on entend originellement. Pourtant, il est toujours là, le Requiem.
Toujours en jeu, au détour d’une harmonie, en filigrane.
Le travail musicologique de Fabrizio Cassol étonne, séduit et s’impose par sa qualité. Le profane comme le puriste y trouvent leur bonheur et garderont à jamais la trace de l’émotion ressentie à un tel choc esthétique. L’Afrique de toutes ses couleurs habille le deuil différemment. Les codes en sont chamboulés pour le plus grand bonheur de nos rétines. Alain Platel intervient pour que le concert devienne du grand spectacle. Les images combattent la conventionnelle obscurité. Des boubous contre des surplis, et la représentation prend un tour nouveau. C’est la vitalité qui balaie tout sur son passage.
Mozart appartient au monde entier, tel est le message et son Requiem nous touche tous dans sa nouvelle universalité. Il y eut déjà des tentatives pour adapter la musique de Mozart à d’autres cultures et d’autres instruments, mais le projet d’aujourd’hui, va plus loin dans le sens où les auteurs nous offrent une dimension supplémentaire, celle de la scène.
Requiem pour L.
encensé par la critique et ovationné partout où on l’a représenté, ne pourra vous laisser indifférent et vous offrira à jamais le souvenir d’une soirée d’exception.

 

Musique Fabrizio Cassol d’après le Requiem de Mozart I Mise en scène Alain Platel I Chef d’orchestre Rodriguez Vangama I Guitare et basse électrique Rodriguez Vangama I Chant Boule Mpanya, Fredy Massamba, Russell Tshiebua I Chant lyrique Nobulumko Mngxekeza, Owen Metsileng, Stephen Diaz I Accordéon Joao Barradas Charles Kieny I Guitare électrique Kojack Kossakamvwe I Euphonium Niels Van Heertum I Likembe Bouton Kalanda, Erick Ngoya, Silva Makengo I Percussions Michel Seba I Dramaturgie Hildegard De Vuyst I Vidéo Alain Platel, Natan Rosseel, Simon Van Rompay I Scénographie Alain Platel I Réalisation décor Wim Van de Cappelle I Costumes Dorine Demuynck

Production
Les ballets C de la B I Festival de Marseille Berliner Festspiele Coproduction Opéra de Lille I Théâtre National de Chaillot I Les Théâtres de la Ville de Luxembourg I Onassis Cultural Centre Athens I Torino Danza I Aperto Festival/Fondazione I I Teatri, Reggio Emilia I Kampnagel Hamburg I Ludwigsburger Schlossfestspiele I Festspielhaus St. Pölten I L’Arsenal, Metz I Scène Nationale du Sud-Aquitain, Bayonne I La Ville de Marseille-Opéra

Photographie Chris Van Der Burght

Conseillé dès 16 ans

 

Tarif Bonbon

­