Il faut donc que vous fassiez un rêve

Catégories : Musique, Théâtre

I Eugène Ionesco I Volodia Serre
Avec Denis Lavant I Quatuor Face à Face I

SAMEDI 21 MARS A 20h30 

« NE PAS SE DISSOUDRE, surtout ne pas se dissoudre. Rester, résister, être encore ». (Journal en miettes, Eugène Ionesco)

Le sous-titre de ce spectacle est : Théâtre pour une voix, piano et percussions.
La voix est celle du formidable comédien Denis Lavant, les instruments sont ceux du Quatuor Face à Face.
Tout part de l’idée originale qu’a eue Mara Dobresco de réunir pour la scène, les poèmes de Marin Sorescu, poète roumain majeur du XXème siècle, et Le Journal en miettes d’Eugène Ionesco, génial auteur de pièces entrées dans le répertoire.
Les musiques de Philip Glass, de John Cage, de Philippe Hersant et d’Arvo Pärt accompagnent les mots, les soulignent, les chargent d’intentions.
Leur modernité sied au propos. Ici, le Bel Canto devient Bel Parlato, l’onirique voyage offre un spectacle total.
Le metteur en scène, Volodia Serre, travaille comme pour une oeuvre lyrique, ménageant les soupirs, les tempi comme pour le souffle de chanteur.
La pièce qui se joue, justement parle du temps, de ces temps qui occupent nos vies. De la jeunesse à la mort.
Le rêve seul permet le carambolage des âges. Les flashbacks dans le futur.
L’oeuvre est ambitieuse mais jamais hermétique.
Le public y est sollicité, pris en considération et associé. Ne nous dérobons pas.

 

D’après Journal en miettes de Eugène Ionesco I Poèmes de Marin Sorescu Musiques John Cage, Philip Glass, Arvo Pärt, Philippe Hersant, Oscar Strasnoy I Mise en scène Volodia Serre I Idée originale et traductions Mara Dobresco I Avec Denis Lavant I Piano Mara Dobresco I Percussions Hélène Colombotti, Elisa Humanes

Production Cross-Media Culture

Photographie 
David Kruger


Tarif Détente

 

­