Babx

Catégories : Festival Jacques Brel

VENDREDI 4 OCTOBRE A 20h30

 

Première partie : Ottilie (b)

Voix, kayamb, tambour, senza et MAO Ottilie [B]
Basse, stomp, reK, clarinette et choeurs Christophe Charlemagne
Guitare et choeurs Jean Gros

Production Samedi 14

 

« Je ne suis pas croyant, mais la musique, quand ce n’est pas sacré, à quoi ça sert ? » (Babx)

Il était un chanteur-auteur-compositeur qui chantait ses chansons. L’aimaient les autres chanteurs-auteurs-compositeurs et quelques extralucides, hypersensibles et ultramodernes.
Lui, écoutait du free jazz, Albert Ayler et Archie Shepp et créait son label. En un mois, c’est dire l’urgence, il écrit l’album Ascensions.
Il veut garder la fraîcheur de l’oeuvre en refusant les arrangements frelatés. C’est viscéral ce qu’on écoute.
Pour ceux qui le cherchent, il a du Bashung, il a du Murat, et surtout du talent.
Il aime les poètes et Terpsichore, la muse de la poésie lyrique, l’aime. Elle le câline et lui donne le pouvoir d’émouvoir les plus rudes, les plus rétifs, de charmer les esthètes.
Il est sans concession. Entièrement voué à ce qu’il croit. Et vient le moment où il croise nos goûts. Ça devait arriver, il devient populaire, il se met à plaire. Justice est faite, on lui fait fête. Il ne montrera pas à quel point ça lui fait plaisir, pas par froideur mais par une sorte de fatalisme. Il ne pouvait qu’en être ainsi.
Avant qu’une chute ascensionnelle ne nous l’enlève, il faut le rencontrer puis ne plus l’oublier.

 

Chant Babx

Photographie Jenna Garnier

 

Tarif Détente

­